Rapport Annuel

2018

Pour nous

chaque regard

sur le monde compte.

Notre engagement est d’aller à la rencontre de tous nos publics avec une offre qui réponde à leurs centres d’intérêts et qui soit ajustée à leur prisme générationnel.

« Nous avons clôturé une année 2018 exceptionnelle en termes d’audience en TV, radio, et sur toutes nos plateformes numériques. Un double mérite puisque 2018 signifie la bascule vers le nouveau modèle d’entreprise. C’est un processus qui continuera en 2019 mais les résultats démontrent que notre ambitieux pari est celui de l’avenir et le public ne s’y trompe pas.
Nous sommes fiers de travailler pour la RTBF. Malheureusement, nos valeurs de démocratie, de diversité et d’originalité ne sont plus une évidence dans le monde qui se dessine. C’est pourquoi nous voulons être un acteur créatif et réactif au cœur du monde numérique et devenir une entreprise apprenante solide. »

Jean-Paul Philippot

Administrateur Général

Notre engagement est d’aller à la rencontre de tous nos publics avec une offre qui réponde à leurs centres d’intérêts et qui soit ajustée à leur prisme générationnel.

« Nous avons clôturé une année 2018 exceptionnelle en termes d’audience en TV, radio, et sur toutes nos plateformes numériques. Un double mérite puisque 2018 signifie la bascule vers le nouveau modèle d’entreprise. C’est un processus qui continuera en 2019 mais les résultats démontrent que notre ambitieux pari est celui de l’avenir et le public ne s’y trompe pas.
Nous sommes fiers de travailler pour la RTBF. Malheureusement, nos valeurs de démocratie,
de diversité et d’originalité ne sont plus une évidence dans le monde qui se dessine. C’est pourquoi nous voulons être un acteur créatif et réactif au cœur du monde numérique et devenir une entreprise apprenante solide. »

Jean-Paul Philippot

Administrateur Général

« Fin de l’année, nous avons signé le cinquième contrat de gestion. Il consacre l’engagement du Gouvernement pour le maintien et le renforcement d’un média public de services audiovisuels, indépendant et autonome.  Au moment où se multiplient les sources d’information, de la remise en question de certaines valeurs, de l’omniprésence des fake news, ce n’est pas rien. La transformation de la RTBF a été au cœur des discussions et se traduit notamment dans la capacité d’engager l’entreprise dans le développement de nouveaux services, d’en faire un moteur important dans son secteur, de lui donner finalement les moyens et la latitude pour répondre aux nouveaux défis que doivent affronter les médias du 21e siècle. »

Jean-François Raskin

Président du conseil d’administration

Tous les collaborateurs de la RTBF travaillent quotidiennement à la diffusion de programmes de qualité dans le respect des missions du service public, du contrat de gestion et des valeurs de l’entreprise.

Tous les collaborateurs de la RTBF travaillent quotidiennement à la diffusion de programmes de qualité dans le respect des missions du service public, du contrat de gestion et des valeurs de l’entreprise.

« Fin de l’année, nous avons signé le cinquième contrat de gestion. Il consacre l’engagement du Gouvernement pour le maintien et le renforcement d’un média public de services audiovisuels, indépendant et autonome.  Au moment où se multiplient les sources d’information, de la remise en question de certaines valeurs, de l’omniprésence des fake news, ce n’est pas rien. La transformation de la RTBF a été au cœur des discussions et se traduit notamment dans la capacité d’engager l’entreprise dans le développement de nouveaux services, d’en faire un moteur important dans son secteur, de lui donner finalement les moyens et la latitude pour répondre aux nouveaux défis que doivent affronter les médias du 21e siècle. »

Jean-François Raskin

Président du conseil d’administration

La RTBF
en un coup d’œil

Notre vision
stratégique

Le nouveau modèle d’entreprise constitue un levier pour réaliser les trois ambitions définies dans le plan Vision 2022.

Porter largement les valeurs du service public, au sein d’une société qui sera plus globale et complètement numérique.

Être leader dans la production de contenus audiovisuels belges francophones,  et le premier soutien et ambassadeur des artistes et créateurs wallons et bruxellois.

Faire de la RTBF une « entreprise apprenante » pour chacun de ses collaborateurs.

Le média global
de tous les Wallons
et de tous les Bruxellois

En tant que média de service public « global », nous avons pour mission de garantir une information pluraliste et indépendante mais aussi celle de faire rayonner la culture, la promotion du patrimoine et des talents et assurer la transmission de la mémoire.

Nous avons la volonté de divertir, d’éduquer ou encore de contribuer à la cohésion sociale et à l’essor des économies locales.

Chaque jour, nous partageons du contenu qui répond à ces objectifs, pour aller à la rencontre de tous nos publics, ceux d’aujourd’hui et de demain.

Plus d’infos

Plus d’infos

Créateur de lien Social
pour toutes
et tous

Pour mener ses missions, la RTBF a pour ambition de devenir une entreprise apprenante au cœur de l’enjeu numérique.

En tant que média de service public, elle veut instaurer des échanges réguliers avec ses publics, prendre une part active à l’éducation aux médias, diminuer son empreinte carbone et s’engager en faveur de l’égalité et de la diversité inclusive.

Plus d’infos

Plus d’infos

Nos Collaborateurs et l’entreprise apprenante
Imagine, le credo pour une entreprise collaborative et écoresponsable
Instaurer un lien de confiance, source d’inspiration et d’évolution
La diversité inclusive le reflet d’une société plurielle
Nos engagements

Rapport
financier

1. Performances financière

2. Focus sur les résultats financiers

3. Coût Net de la mission de service public

4. Comptes annuels

5. Bilan Social

6. Règles d’évaluation

7. Mentions reprises en conformité avec l’article 96 du code des sociétés

8. Les Filiales

Accéder à l’ensemble du rapport financier
Accéder à l’ensemble du rapport financier

PERFORMANCES FINANCIÈRES

RÉSULTATS

En 2018, le résultat d’exploitation est positif pour la douzième année consécutive et s’établit à 14,2 millions d’euros.

Le résultat courant s’établit à 12 millions d’euros contre
4,2 millions d’euros en 2017.
Le résultat de l’exercice s’établit à 11,5 millions d’euros, en augmentation de 7,8 millions d’euros par rapport à 2017.

Évolution du résultat d’exploitation et du résultat courant (en millions d’euros)


ÉVOLUTION DE L’EBITDA

L’EBITDA (résultat opérationnel avant amortissements) s’établit à 28,5 millions d’euros, soit une hausse de 1,6 million d’euros par rapport à 2017.

En 2018, les recettes d’exploitation de la RTBF, hors recettes d’exploitation non-récurrentes, s’établissent à 369,5 millions d’euros, soit une hausse de 3,4% par rapport à 2017.

La dotation ordinaire s’élève à 252,3 millions d’euros, en progrès de 8,9 millions d’euros par rapport à 2017.

La subvention complémentaire, relative aux charges de pension, s’élève à 8,9 millions d’euros, soit une hausse de 1,1 million d’euros par rapport à 2017. La dotation TV5 s’établit à 9,3 millions d’euros.

Les recettes publicitaires de la RTBF atteignent 70,8 millions d’euros, en diminution de 0,2 % par rapport à 2017.

Les autres recettes atteignent 28,2 millions d’euros, en hausse de 8,7 %. La part des recettes liées aux câblo-opérateurs se chiffre à 10,8 millions d’euros.

En 2018, les charges d’exploitation s’établissent à 355,3 millions d’euros, en augmentation de 3%.

Les coûts salariaux s’élèvent à 177,6 millions d’euros, en augmentation de 4,9% par rapport à 2017.

Les charges d’achats et de services atteignent 161,7 millions d’euros et sont en hausse de 9,7% par rapport à 2017.

Les amortissements s’élèvent à 12,6 millions d’euros.

Les réductions de valeur atteignent 2,1 millions d’euros. En ce qui concerne les provisions, les reprises sont supérieures aux dotations de 3,7 millions d’euros.

Les charges d’exploitation non-récurrentes s’élèvent à 4,7 millions d’euros.

Par conséquent, le résultat d’exploitation 2018 s’établit à 14,2 millions d’euros.

Le résultat financier s’élève à -2,1 millions d’euros.

Le résultat courant s’établit à 12 millions d’euros.

Le résultat de l’exercice s’établit à 11,5 millions d’euros.

Les montants 2017 repris dans ce chapitre n’incluent pas la plus-value non récurrente liée à la vente de terrains et du bâtiment de Reyers s’élevant à 54,6 millions d’euros.
Les montants repris pour les produits d’exploitation et les services et biens divers n’incluent pas les échanges qui s’élèvent à 23,3 millions d’euros en 2018 et 16,7 millions d’euros en 2017. Les échanges sont inclus dans les rubriques des comptes annuels.
L’utilisation de la provision concernant les mesures en faveur des départs volontaires en retraite anticipée (0,5 million d’euros en 2018 et 0,7 million d’euros en 2017), reprise dans les comptes annuels sous la classe 63, a été transférée de manière analytique sous la classe 62.


STRUCTURE FINANCIÈRE

La position nette de trésorerie s’élève à 38,3 millions d’euros au 31 décembre 2018, soit une augmentation de 28,9 millions d’euros par rapport l’année précédente.

En 2018, les activités opérationnelles génèrent 44,2 millions d’euros. Le besoin en fonds de roulement diminue de 16,9 millions d’euros, en raison de la réception du paiement de la dotation ordinaire de décembre 2017 reçue en janvier 2018. Le résultat final et les amortissements génèrent respectivement 13,5 et 14,3 millions d’euros, tandis que les provisions diminuent de 1,8 millions d’euros.

Le niveau d’investissement 2018 atteint 11,5 millions d’euros, dont 3,4 millions d’euros pour l’achat de matériel informatique, de logiciels et d’équipements de réseau informatique, 3,3 millions d’euros pour l’achat de matériel de production et pour le renouvellement des studios, 2,2 millions d’euros pour le projet de construction

des nouveaux bâtiments Reyers à Bruxelles et, enfin, 2,3 millions d’euros pour les autres investissements immobiliers, les pylônes et les émetteurs. Comme en 2017, le financement des investissements a entièrement été assuré par les activités opérationnelles.

Par ailleurs, la RTBF a versé 0,4 million d’euros de capital à sa filiale FREY. La RTBF a reçu 4,7 millions d’euros liés à la vente progressive des terrains Reyers.

La RTBF n’a pas eu recours à de nouveaux emprunts à long terme en 2018. Des anciennes dettes sont remboursées à hauteur de 10,1 millions d’euros. Par conséquent, l’endettement financier à long terme atteint 34,4 millions d’euros.

Au 31 décembre 2018, la position nette de trésorerie dépasse l’endettement d’un montant de 3,9 millions d’euros.


ÉVOLUTION DE L’ENDETTEMENT BANCAIRE LONG TERME, DE LA TRÉSORERIE ET DE L’ENDETTEMENT NET

Le graphique ci-dessous résume l’évolution de l’endettement bancaire à long terme, de la trésorerie et de l’endettement net depuis 2010 (en millions d’euros).

FILIALES


KEYWALL

KeyWall offre une chaîne complète de production : de la création de décors aux habillages d’émissions en passant par les effets spéciaux, l’animation 2D/3D, la postproduction, les tournages ou encore la production de tout contenu, pour la tv, le cinéma ou le web.

KeyWall propose également une offre de contenus météorologiques généralistes ou spécifiques (infos et bulletins météo) ainsi que du contenu d’infos trafic dans des décors virtuels avec ou sans réalité augmentée. C’est d’ailleurs en ses studios que les 10 bulletins météo de la RTBF sont tournés quotidiennement.

En 2018, Keywall a continué à produire les bulletins météo et l’émission « Quels temps ! », l’émission d’infotrafic et plusieurs émissions virtuelles de la RTBF. L’émission « Max & Vénus » est tournée dans les studios de Keywall. Depuis septembre, les soirées de l’Europaleague sont également réalisées et diffusées depuis les studios de Keywall.


DREAMWALL

Active dans les domaines de l’infographie, du graphisme et de l’animation audiovisuelle, la société Dreamwall, née d’un partenariat avec Dupuis, met en couleurs, crée des images animées en 2D et en 3D, des effets spéciaux et autres images de synthèse pour de nombreuses productions belges et internationales. Ses activités relèvent d’un professionnalisme et d’une spécialisation uniques en la matière. Elle offre ainsi de nombreux services aux médias audiovisuels et permet de renforcer les coproductions de la RTBF.

En 2018, la production « Yakari », a démarré alors que les projets «Boule & Bill 2» et « Vic le Vicking » se sont achevés ; la production « Abraca » s’est poursuivie pendant toute l’année. Des rides pour le Parc Spirou de Monteux ont également été produits. Dreamwall continue de développer ses activités TV Solutions en proposant l’habillage de chaine TV et la création de décors virtuels.

En 2018, elle a réalisé la visualisation des résultats pour les élections communales pour la RTBF et des chaînes locales. Elle a été active dans la Coupe du monde de football pour la RTBF (décors virtuels et téléportation) et TF1 (décors virtuels, extension de décors réels, séquences immersives) et a conquis de nouveaux clients de grande ampleur en France avec la création de décors virtuels pour de nouvelles émissions télévisées (RMC Sport) et un projet de videomapping (spectacle de l’été aux Invalides à Paris).


RMB

RMB est une régie publicitaire pluri-média fondée en 1985 par la RTBF et le Cinéma Publicitaire Belge. L’activité cinéma a été cédée en 2002. RMB est la 2ème régie publicitaire au sud du pays. Elle commercialise les espaces de chaînes TV, de chaînes radio et de nouveaux médias digitaux issus, entre autres, de la numérisation de ces éditeurs audiovisuels.

RMB commercialise les espaces médias en TV des chaînes de la RTBF, AB3, BeTV, NRJ Hits et ABXplore. En radio, le portefeuille est composé des 5 chaînes de la RTBF, de NRJ, et de DH Radio. En digital, RMB commercialise les sites de la RTBF, de NRJ, des groupes AdUX, AB3 et IPM.

RMB a réalisé en 2018 un chiffre d’affaire de 103 millions d’euros (après déduction des surcommissions) et occupe 86 ETP à Bruxelles, Liège, Charleroi et Namur.


CASA KAFKA PICTURES

Dans le but de renforcer la production, la créativité et l’ambition audiovisuelles belges, la RTBF a créé Casa Kafka Pictures (SA) en 2005. Celle-ci initie des passerelles entre les producteurs et les investisseurs et joue donc un rôle actif dans les différentes étapes du Tax Shelter, mesure d’incitation fiscale à l’investissement dans la production d’oeuvres audiovisuelles belges. Elle garantit aux investisseurs qui souhaitent apporter leur soutien aux oeuvres audiovisuelles belges un rôle de conseil et de suivi approfondi, de l’investissement à l’obtention de l’exonération fiscale.

Casa Kafka Pictures travaille en étroite collaboration avec la production audiovisuelle indépendante. Son catalogue d’oeuvres est diversifié, en constante évolution, et donne accès à tous types de productions, de budgets, de sujets et de publics.

En 2018, Casa Kafka Pictures a réussi à maintenir sa deuxième place sur le marché du Tax Shelter, 114 RTBF / RAPPORT ANNUEL / 2018 avec un montant de levées de 29 millions d’euros, contre 36 millions levés en 2017. La baisse des volumes peut principalement être expliquée par la réforme de l’ISOC (tax shift), qui a rendu le système moins attractif pour les investisseurs. Le marché total a ainsi diminué de 188 millions d’euros en 2017 à 175 millions d’euros en 2018. Casa Kafka Pictures représente une part de marché de 16,6% et a pu consolider sa collaboration avec Belfius, premier réseau bancaire au niveau du Tax Shelter.

Au niveau de ses collaborations avec les maisons de production, soulignons que Casa Kafka Pictures consolide sa place de leader au niveau du soutien des oeuvres majoritairement belges.

Au total, 180 oeuvres très diversifiées (dont 154 oeuvres majoritaires) ont pu être soutenues par Casa Kafka Pictures, réparties au travers de 54 maisons de productions.

Parmi celles-ci, le prochain long métrage des frères Dardenne, les deuxièmes saisons de « Ennemi Public » et « Unité 42 », et la série pour enfants « Lucas ». Mais également le documentaire « Totems & Tabous », les coproductions internationales « Les Frères Sisters » et « Mercurius of Molenbeek », ou encore, en arts de la scène, « La Nuit des Choeurs » et les pièces du TTO «Sisters » et « Les Belles Personnes ».


SONUMA

Constituée en société anonyme en janvier 2009 par la Région Wallonne, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la RTBF, la SONUMA a pour mission la préservation, la numérisation et la commercialisation du fonds d’archives télévisuelles et radiophoniques de la RTBF.

En 2018, la SONUMA a continué sa mission de sauvegarde du patrimoine audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, notamment en poursuivant la numérisation du fonds d’archives vidéo des télévisions locales et la numérisation des émissions sur pellicule film de la RTBF. La SONUMA a pris en charge la mise en oeuvre d’une plateforme pédagogique en collaboration avec la Fédération Wallonie-Bruxelles et la RTBF qui sera lancée en 2019 et permettra aux enseignants de consulter des ressources éducatives numériques de différents types dont des vidéos issues des fonds SONUMA et RTBF.

Un échantillon représentatif des archives numérisées est toujours consultable par le grand public sur le site web www.sonuma.be.


DATA RECO

La société anonyme DATA RECO a été constituée en septembre 2018 par la société DATA FELLAS et la RTBF qui en détient 40%.

La société DATA RECO, basée à Liège, est spécialisée dans le développement d’algorithmes de recommandation de contenus, sous la marque commerciale de BDM (www.bdmreco.io). Les équipes de DATA RECO sont spécialisées en intelligence artificielle et travaillent à la mise en valeur de la richesse des contenus de la RTBF (150.000 médias audio et vidéo, 870.000 articles) sur le numérique, par la mise en oeuvre des techniques d’apprentissage machine les plus avancées qui permettent de faire bénéficier les publics de toute la diversité de nos contenus, de nos marques et de nos formats. Cette expertise reconnue permet à DATA RECO de proposer ses solutions à plusieurs acteurs internationaux.